Le miracle

Sœur Maria da Silva Ferreira, MC

Le 7 février1995, alors qu’il se trouvait dans la forêt, Sorino un indigène de la tribu des Yanomami fut attaqué violemment par un jaguar qui lui a arraché le cuir chevelu. Une bonne partie de sa boîte crânienne s’est ouverte, de la matière cérébrale en est sortie, puis, il a perdu la vue. Je m’en souviens encore, dit sœur Maria da Silva Ferreira, missionnaire de la Consolata.

Nous avons appelé le médecin même si on était convaincu qu’il serait impossible de le sauver. Quelques jours plus tôt, nous avions entrepris la neuvaine au Bienheureux Allamano. Dans les jours qui ont suivi, nous l’avons invoqué pour qu’il guérisse Sorino. Il a été guéri et les gens ont commencé à crier au miracle.

À cette époque, les missionnaires de la Consolata, hommes et femmes, étaient très engagés dans diverses activités avec les Yanomami, et personne n’a pensé à aller dire que cette guérison était miraculeuse. Le Synode pour l’Amazonie a été l’élément déclencheur pour réveiller les mémoires sur cet événement. Le peuple Yanomami ne compte que peu de chrétiens. Si on devait reconnaître un miracle, ce serait plutôt celui de toutes ces décennies d’activités missionnaires vécues à leur côté, au nom du dialogue et de la promotion humaine. De toute façon, le bienheureux Joseph Allamano disait : « Il faut bien faire les choses, lentement et sans bruit. »

error: Contenu protégé !